Contexte

Deux évènements majeurs ont marqué 2009 et 2010 : la crise financière et la crise climatique. Sur ces deux fronts, les groupes de pression d’entreprise s’en sont pris aux décideurs de l’UE –au niveau du Parlement Européen, de la Commission, mais aussi au niveau national des États Membres- et ce, aussi intensément qu’efficacement. L’échec du Sommet de Copenhague d’une part et l’absence de réformes fortes des marchés financiers d’autre part ont démontré la puissance de ces entreprises et de leurs stratégies de lobbying lucratif aux dépens de réglementations plus propices au climat et au consommateur. Voilà pourquoi le Prix 2010 du Pire Lobbying de l’UE se focalise à la fois sur le climat et la finance. 

Le but général du Prix est d’exposer et contrecarrer les pratiques douteuses des groupes de pression dans le domaine du changement climatique et des réglementations financières, afin de discréditer les grands noms du lobbying auprès des décideurs de l’UE. Au cours de leur travail quotidien, les organismes de la société civile sont témoins de l’influence de groupes d’entreprise, influence démesurée et tolérée lors de la prise de décisions dans ces domaines, y compris grâce à un accès privilégié aux décideurs. C’est déjà d’un problème en soi, mais l’accès privilégié ainsi obtenu par des manœuvres de lobbying malhonnêtes est encore plus inquiétant et répréhensible et constitue un argument de poids en faveur d’une réforme. 

Le Prix souligne aussi la nécessité d’une obligation de transparence et de règles déontologiques dans le lobbying européen. La Commission Européenne et le Parlement négocient actuellement un registre commun des lobbyistes de l’Union Européenne qui serait de fait obligatoire. Les agents des parties intéressées devraient alors signer le registre commun pour pouvoir accéder au Parlement Européen. Par conséquent, les groupes de pression devraient alors s’inscrire eux-mêmes sur un registre public et expliquer pour qui ils travaillent et quelles sommes d’argent sont impliquées. Cependant, le registre du lobbying est facultatif; il est si inefficace qu’il n’empêche en rien les lobbyistes de travailler dans l’ombre. 

Le Prix du Pire Lobbying de l’UE est organisé par Corporate Europe Observatory (Observatoire de l'Europe Industrielle), Friends of the Earth Europe (Amis de la Terre Europe), LobbyControl et Spinwatch.

Lobby-Cleaner

Lobby-Cleaner, l’antihéros du Prix du Pire Lobbying de l’UE, hante les coulisses du pouvoir de Bruxelles dans le but d’assainir les lobbies et d’assainir le lobbying. Son but est de nettoyer la pagaille causée à Bruxelles.

Son entrée en scène se fera à l’ouverture du Prix, le 13 octobre, pour réapparaitre ensuite à Bruxelles et dans toute l’Europe durant la période de vote. Lobby-Cleaner n’est pas unique, ils sont toute une armée et vous pouvez les rejoindre –d’abord en votant, puis en vous mobilisant pour faire pression sur vos députés européens et sur les décideurs de l’UE pour qu’ils favorisent l’obligation de transparence et de réglementations déontologiques au sein du lobbying européen. 

Catégories en 2010

Deux catégories sont retenues cette année pour le Prix du Pire Lobbying de l’UE –le climat et les réglementations financières. Les crises climatiques et financières sont deux domaines essentiels où un lobbying intense a pu bloquer des réglementations propices au climat et au consommateur. 

Climat: Avant le coup d’envoi du sommet de Cancun sur le climat, le Prix du Pire Lobbying Climatique de l’UE met en lumière les entreprises et les groupes de pression qui ont utilisé des tactiques douteuses en 2010 pour essayer de saboter les réglementations ambitieuses de l’UE dans ce domaine. Les Nominés ont fait usage d’arguments fallacieux et de menaces pour bloquer les réglementations et promouvoir le profit d’une partie seulement de l’industrie européenne, aux dépens du public. 

Les partenaires de la catégorie climat sont : Oxfam, Climate Action Network Europe (CAN Europe), World Development Movement.

Finance: Après la crise financière épouvantable de 2008, le Prix du Pire Lobbying Financier de l’UE met en lumière les entreprises et les groupes de pression qui ont utilisé des tactiques douteuses en 2010 pour essayer de saboter les réglementations financières nécessaires pour sortir de la crise. 

Les Nominés ont fait pression en secret (les efforts pour rester dans l’ombre sont très prononcés) afin de promouvoir le profit de l’industrie financière aux dépens de l’intérêt public et du bien-être de la société. 

Les partenaires de la catégorie finance sont : ATTAC Europe, World Development Movement.

La communication du Prix est soutenue par 38 degrees et Campact.

Calendrier

13 octobre 2010: Début des votes sur internet

26 novembre 2010: Clôture des votes

2 décembre 2010: Annonce des lauréats du Prix 2010 du Pire Lobbying de l’UE

Vérification légale

Vérification légale des textes de nominations par Arnoud Engelfriet, avocat – www.arnoud.engelfriet.net

Histoire des prix

Les prix sont nés en 2005 grâce à quatre organismes – Corporate Europe Observatory (Corporate Europe Observatory), les Amis de la Terre Europe (Friends of the Earth Europe), Lobby Control et Spinwatch- qui souhaitaient faire connaitre leur campagne sur la transparence et le lobbying par le biais d’un évènement attrayant. Avec le temps, le Prix du Pire Lobbying de l’UE (WLA, Worst EU Lobby Awards en anglais) est devenu la référence pour tous ceux qui s’intéressent à la surveillance des pratiques lobbyistes à Bruxelles. Le Prix donne chaque année l’occasion aux organisateurs de discuter des pratiques de lobbying douteuses, des cas de conflits d’intérêts et d’écoblanchiment. Les journalistes basés à Bruxelles s’intéressent à l’évènement et les votes du public augmentent chaque année, montrant clairement l’intérêt du public européen pour ces questions de transparence.

Organisateurs du Prix 2010 du Pire Lobbying de l’UE

Corporate Europe Observatory (Observatoire de l'Europe Industrielle) est un groupe de recherche menant des campagnes pour exposer et contester l’accès privilégié et l’influence qu’ont certaines entreprises et leurs groupes de pression sur les prises de décisions de l’UE. Cette confiscation des décisions de l’UE aboutit à des mesures qui exacerbent l’injustice sociale et accélèrent la destruction de l’environnement au niveau mondial.

Friends of the Earth Europe (Les Amis de la Terre Europe) militent pour des sociétés durables et équitables ainsi que pour la protection de l’environnement. Ils réunissent plus de 30 organismes nationaux comprenant des milliers de groupes locaux et font partie du plus grand réseau populaire mondial pour l’environnement, Friends of the Earth International (Amis de la Terre International).

LobbyControl est une association à but non lucratif allemande faisant campagne pour plus de limitations et de transparence dans le domaine du lobbying, tout en travaillant pour une démocratie ouverte active. Ils se placent en observateurs des stratégies d’ingérence, des structures du pouvoir et des activités lobbyistes à Berlin et Bruxelles et ils mettent en lumière le travail des groupes de réflexion et la manipulation des medias.

Spinwatch est une association à but non lucratif indépendante qui surveille le rôle des relations publiques et du spin (optimisation pour les moteurs de recherche) dans nos sociétés contemporaines. Fondée en 2004, l’association œuvre pour une meilleure compréhension du rôle des relations publiques, de la propagande et du lobbying par le biais de leur site internet et par des campagnes d’actions dans les medias, par l’écriture de livres et de brochures, par des ‘spinwalks’ et du journalisme d’investigation.

Partenaires catégorie climat

Oxfam est un mouvement mondial qui œuvre avec d’autres mouvements pour trouver des solutions durables à la pauvreté et à l’injustice. En travaillant directement avec les communautés, Oxfam tente d’influencer ceux qui ont le pouvoir afin d’améliorer les conditions de vie des pauvres et leurs moyens de subsistance, et de leur donner la parole lors de décisions qui les concernent. Leurs campagnes s’attaquent aux pratiques sournoises qui créent et maintiennent la pauvreté, y compris le changement climatique puisqu’il affecte d’abord les plus pauvres au niveau mondial. En savoir plus…

Climate Action network Europe (CAN-E) est reconnu comme le réseau majeur européen qui travaille sur les problèmes de climat et d’énergie. Avec 129 membres dans 25 pays européens, CAN-E s’affaire à essayer d’empêcher un changement climatique dangereux et à promouvoir les énergies renouvelables ainsi que les politiques environnementales en Europe. En savoir plus…

Le World Development Movement (WDM) milite pour établir la justice économique. C’est-à-dire le droit des communautés pauvres à choisir leur moyens de sortir de la pauvreté et la fin des politiques néfastes qui placent le profit avant les gens et l’environnement. WDM fait pression sur les décideurs, organise des campagnes publiques et produit des recherches solides pour amener un changement aux plus pauvres de la planète. WDM enquête, expose et conteste les politiques gouvernementales et d’entreprise qui font du tort aux communautés les plus vulnérables, les enferment dans la pauvreté. En savoir plus…

Partenaires catégorie finance

ATTAC, « L’Association pour la Taxation des Transactions Financières pour l’Aide aux Citoyens » fondée en France en 1998 est une organisation internationale et un réseau de mouvements pour la justice mondiale qui comprend des groupes actifs dans une quarantaine de pays. Attac se bat contre le néolibéralisme mondialisé et œuvre avec d’autres pour promouvoir des alternatives sociales, environnementales et démocratiques au processus de mondialisation. Attac défend la réglementation des marchés financiers, la fermeture des paradis fiscaux, l’introduction de taxes globales servant à financer les biens publics mondiaux, l’annulation de la dette des pays en voie de développement ainsi qu’une réglementation juste du commerce. En savoir plus…

Le World Development Movement (WDM) milite pour établir la justice économique. C’est-à-dire le droit des communautés pauvres à choisir leur moyens de sortir de la pauvreté et la fin des politiques néfastes qui placent le profit avant les gens et l’environnement. WDM fait pression sur les décideurs, organise des campagnes publiques et produit des recherches solides pour amener un changement aux plus pauvres de la planète. WDM enquête, expose et conteste les politiques gouvernementales et d’entreprise qui font du tort aux communautés les plus vulnérables, les enferment dans la pauvreté. En savoir plus…

Partenaire communications

38 Degrees est une communauté de militants populaires comptant plus de 175000 citoyens britanniques. Les membres de 38 Degrees font campagne ensemble pour un Royaume Uni plus juste, plus écologique et plus démocratique. En mai 2010, des milliers de membres de 38 Degrees ont aidé à convaincre le gouvernement britannique de promettre des règles plus strictes afin de stopper le lobbying d’entreprise secret. En savoir plus…

Campact représente un réseau de plus en plus dense de personnes qui interviennent quand les décisions politiques sont à la dérive. L’impact de Campact se fait ressentir de manière importante grâce aux courriels, faxes et appels téléphoniques demandant à voter contre les intérêts des groupes de pression bien organisés. Campact permet aux gens de s’impliquer politiquement même lorsqu’ils ont peu de temps entre leurs études, leur travail et/ou leur famille. En savoir plus…